Se connecter

S'inscrire

Créer un compte

Au sujet de la gay pride

On aurait préféré ne pas avoir à remettre cette vidéo au premier plan !!!

Intervention, réalisée en 2016, du Rav Ron Chaya au sujet des polémiques nées après la gay pride en Israël
Lire également la lettre ouverte qui se trouve immédiatement après la vidéo.

 


Lettre ouverteJérusalem, le 30 juin 2016

Bien que, de façon tout à fait claire, la Torah interdise l’homosexualité, elle condamne et rejette de façon tout aussi claire et virulente, la violence, et de surcroît la violence aveugle atteignant des innocents.

Le massacre d’Orlando est un acte de barbarie exprimant exactement l’inverse de tout ce qu’on pourrait considérer comme ayant à voir avec le bien, la paix, la volonté divine.

Il faut absolument tout faire pour que, jamais plus jamais, une chose pareille n’ait lieu sur Terre.

Nous condamnons donc cet acte de la manière la plus catégorique qu’il puisse y avoir et sans aucune réserve.

Il est vrai qu’à l’époque du Temple, la peine capitale pouvait être prononcée pour ce type de péché.
Mais, le Talmud dans le traité Sanhédrin précise clairement qu’ un tribunal rabbinique qui prononçait une peine capitale une fois tous les soixante-dix ans était considéré comme un tribunal meurtrier.

Déjà avant la destruction du Temple de Jérusalem, il y bientôt 2000 ans, cette pratique a été arrêtée.

Rappelons que de nombreux pays occidentaux, dont la France, si prompts à donner des leçons de morale, pénalisaient l’homosexualité il y a encore 50 ans.

Néanmoins, nous maintenons que la Torah stipule que l’homosexualité est une chose interdite, et cela de manière irrévocable.

La dernière « gay-pride » organisée à Tel-Aviv a été l’objet de nombreux débats dans les médias.

Je m’adresse ici à mes frères du peuple juif et particulièrement à ceux qui ont soutenu cette « manifestation » et qui se sont associés au dénigrement systématique de la Torah et de ses rabbins, notamment le Rav Sitruk Zatsal.

Je m’adresse ici à vous, mes frères, membres de ce peuple plusieurs fois millénaire.

Ce peuple qui, comme nous le disons dit chaque soir du Séder de Pessah, a du s’opposer, génération après génération, à ceux qui voulaient son extermination.

Oui, à chaque génération, et cela sans exception, un homme, un groupe ou un peuple se lèvent avec cette idée pseudo-originale.

Et, grâce à D.ieu, après 3 500 ans, nous sommes toujours là !

Nous sommes même revenus sur notre terre, et réalisons ainsi les prophéties (Yé’hezkel, chapitre 36) qui ont annoncé cela il y a déjà plus de 2500 ans.

Nous sommes Juifs, fiers de l’être et nous voulons aussi que nos descendants fassent partie de ce destin spécial et unique.

Je m’adresse donc à vous, mes frères juifs, notamment ceux qui ont oublié un principe immuable du fonctionnement de notre peuple.

Les démographes estiment aujourd’hui qu’il y a environ 15 millions de Juifs.

D’après les études de ces mêmes démographes, nous devrions être, aujourd’hui, presque 600 millions.

Certes, une partie a été massacrée dans les persécutions et pogroms multiples.

Mais néanmoins, et malgré l’horreur inspirée par ces massacres, il ne s’agit que d’une partie largement minoritaire de ces 600 millions de disparus.

Où sont donc passés ces centaines de millions de juifs qui ne le sont plus ?

Ils ont disparu à cause d’un ennemi bien plus dangereux : Ils ont été les victimes de l’assimilation.

Le principe de l’assimilation est malheureusement connu et récurrent.

On commence à moins pratiquer la Torah, on commence à faire quelques compromis, on adhère à des valeurs qui n’étaient pas celles de nos pères, puis nos enfants apprennent, imitent et ajoutent encore quelques autres compromis, nos petits-enfants encore un peu plus; et pour finir, nos arrières petits-enfants ne sont déjà plus Juifs.

Combien d’entre nous peuvent affirmer aujourd’hui qu’aucune famille n’est touchée ?

Balivernes et prophéties de malheur d’un rabbin, direz-vous…

Mais ce n’est pas moi qui le dis et, surtout, ce n’est pas moi qui le prouve.

Ci-dessous, une étude sociologique qui a été faite il y a une dizaine d’années aux Etats-Unis, et présentée à la prestigieuse université de Harvard en 2006.

Cette étude montre et démontre une réalité de façon indubitable.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les juifs d’aujourd’hui sont, pour l’immense majorité si ce n’est la totalité, les descendants de juifs orthodoxes il y a 3,4 ou 5 générations.

Il n’y a de futur pour les Juifs que dans un monde fidèle à la torah, à son étude, à sa pratique et à ses valeurs.

Sinon, au fur et à mesure des générations, leur descendance ne le sera plus.

J’argumente avec des données chiffrées et validées, j’attends que l’on me réponde avec des faits.

Mes chers frères juifs, sachez vous positionner.

Si vous vous positionnez pour les valeurs véhiculées par la « gay-pride » et l’homosexualité, vous vous positionnez de facto contre la Torah et ses valeurs.

Dès lors, d’après l’étude sociologique ci-jointe, d’après l’expérience plusieurs fois millénaire et presque automatiquement, vos arrières petits-enfants ne seront sûrement plus juifs.

Ayez bien conscience de cela, et choisissez dans quel camp vous voulez être.

Le juif étudie et agit.

Ne pas s’engager, c’est déjà se désengager.

Il n’y a pas et n’y a jamais eu de « neutralité bienveillante » dans la Torah et le peuple juif.

Et c’est un natif de Suisse qui écrit ces lignes.

Je n’accuse personne. Je ne condamne personne.

Chacun est libre, chacun a le droit de penser ce qu’il veut penser, chacun peut agir tel qu’il le désire.

Mais il est de mon devoir et de ma responsabilité de faire prendre conscience aux membres de mon peuple, à mes frères, des conséquences inéluctables de leur positionnement.

Rav Ron Chaya

gay pride

5 juin 2018
MyLeava: votre site de e-coaching en Torah
%d blogueurs aiment cette page :