Se connecter

S'inscrire

Créer un compte

La Torah orale (hébreu תורה שבעל פה, Torah SheBe’al Pe) désigne à la fois le concept et le corpus d’une doctrine oralement transmise, concomitante à la Torah, inséparable d’elle et existant depuis sa révélation.

La Torah orale se veut à la fois fidèle à son origine sinaïtique, au point d’exiger du répétiteur qu’il transmette l’enseignement suivant les termes mêmes qui lui ont été transmis, et dynamique, chaque génération interprétant les enseignements dans sa conjoncture propre. Dans cette optique, la Torah écrite est infinie de sens ; tous ont été transmis par Dieu à Moïse mais seuls quelques-uns ont été révélés aux hommes.

Entièrement orale à l’origine, cette tradition exégétique est partiellement couchée par écrit aux premiers siècles de l’ère commune, dans le Midrach et la Michna puis dans les Talmuds, les responsa et divers ouvrages ultérieurs de littérature rabbinique.

À l’époque de la destruction du Second Temple, il fut décidé de transgresser l’interdit de consigner la Torah Orale par écrit, car la quantité de savoir allait en augmentant alors que le nombre de Sages et de disciples allait en diminuant, et le risque de tomber dans l’oubli grandissait chaque jour. La première compilation fut la Michna, sur laquelle s’élaborèrent les Talmuds, puis les responsa.

Selon Hazal, la Torah orale fut donnée au mont Sinai même, ainsi que l’atteste la Torah elle-même, en plusieurs endroits, notamment Exode 24:12 : « Rabbi Levi bar Hama a dit au nom de Rabbi Chimon Ben lakich: qu’est-il signifié par le verset : ‘Je veux te donner les tables de pierre, la doctrine (Torah) et les préceptes (mitzva), que J’ai écrits pour leur instruction’ ?. ‘Les tables’ font référence aux Dix paroles, la torah à la Torah, et la mitzva à la Mishna; ‘que J’ai écrits’ fait référence aux Neviim et aux Ketouvim; ‘pour leur instruction’ fait référence à la Guemara. Ceci nous enseigne que tous ceux-là furent donnés à Moïse sur le Sinaï. »

Dans le Kuzari (3:35), Rabbi Juda Halevi enseigne qu’il est impossible que la Torah écrite ait été transmise par le seul biais de l’écriture, car de nombreuses mitsvot ont été indiquées sans explication, et sans une tradition orale, leur pratique serait ambiguë, ce qui ne correspond pas à son statut de perfection.

Dans son introduction au Michne Torah, maïmonide cite un autre enseignement rabbinique qui déduit de Lévitique 26:46  qu’il y avait deux Lois, l’une confiée par écrit aux prêtres (Deutéronome 31:9), l’autre transmise oralement aux Sages et au peuple.

Le Rambam définit plus loin les deux composantes de la Torah orale :

  • une première part a été apprise de bouche à oreille, c’est la Torah Shebe’al Pe, au sens restreint du terme, transmise selon la halakha rabbanite, par Moïse qui la reçut en même temps que la Torah écrite. Ces enseignements comprennent les arrêts dont les rabbanim ont dit qu’ils étaient halakha lemoche missinai([un corpus de Règles [reçues] de Moïse sur le Sinaï », qu’elles aient ou non une correspondance avec le Texte.
  • une deuxieme part a été introduite afin de « faire une barrière autour de la Torah », c’est-à-dire des précautions supplémentaires, de renforcement d’interdits ou de suppression de permis, afin d’éviter aux hommes tout risque de transgression

PRENDRE CETTE FORMATION
AVIS SUR LA FORMATION

PRENDRE CETTE FORMATION
  • ACCES ILLIMITE
  • Certificat de Formation
54 ELEVES INSCRITS
  • Rav Ron Chaya
  • Rav Ron Chaya
  • Rav Ron Chaya
  • Rav Ron Chaya
  • Rav Ron Chaya
Le Rav Ron Chaya a besoin de nous !Sefer Torah
Prions l'un pour l'autre !Prie pour moi
Restez connecté(e) avec le Rav Ron chayaSefer Torah
WebRadio MyLeava
Sefer Torah

Rechercher un terme

Catégories

Template Design © VibeThemes. All rights reserved.