Se connecter

S'inscrire

Créer un compte

Le compte du Omer

Le décompte de l’Omer (hebreu : ספירת העומר sefirat haomer) est une prescription biblique commandant de décompter chaque jour des sept semaines qui séparent l’offrande de l’omer, réalisée au lendemain de Pessah, de celles de la fête de Chavouot. Contrairement à cette offrande, le décompte de l’Omer continue à être réalisé malgré la destruction du Second temple .

La période pendant laquelle elle s’applique a par ailleurs acquis un caractère particulier dans la tradition rabbinique, du fait des nombreux événements tragiques qui s’y sont produits au cours de l’histoire juive.

Téléchargez l’audio
Télécharger audio
Ecoutez la WebRadio

WebRadio

Posez votre question au Rav

Question au Rav

Soutenez le Rav Chaya Associez-vous au Rav Chaya

Inscrivez-vous sur myleava : S’inscrire maintenant

Le Zohar enseigne que les sept semaines qui séparent Pessa’h de Chavouot sont, à l’instar des sept jours qui suivent le flux d’une femme, un temps de purification de l’impureté dont les enfants d’Israël s’étaient chargés en Égypte avant de pouvoir s’unir avec Dieu et recevoir sa Torah. Évoquant ensuite d’autres parallèles entre les sept semaines, les sept années du cycle de la terre et les sept cycles de sept ans qui annoncent le jubilé, il leur confère un rôle majeur dans l’harmonie de la création. Par conséquent, qui ne s’acquitterait pas du devoir de compter n’annulerait pas seulement un commandement, il serait aussi appelé impur et ne serait pas digne d’avoir une part à la Torah

Durant la période de deuil, il convient de s’abstenir de toute joie. C’est pourquoi il est de coutume de ne pas célébrer de mariages et de s’abstenir de soins corporels d’agrément. Certains ajoutent à ces restrictions la musique, la consommation de nouveaux fruits ou le port de nouveaux habits ; les manquements à ces coutumes ne sont pas punissables.
La définition de la période varie selon les rites : en règle générale, elle dure jusqu’au trente-troisième jour de l’omer pour les achkenazes et jusqu’au lendemain de celui-ci pour les sefarades. Certains la font commencer au premier jour d’iyar jusqu’à Chavouot ou aux trois jours precedant  la fete et d’autres observent le deuil durant toute la période de l’omer. Dans tous les cas, le deuil est allégé voire levé au trente-troisième jour.

29 mars 2018
Template Design © VibeThemes. All rights reserved.